ACTIVITES PHYSIQUES ET BIEN ETRE

ET POURQUOI PAS UN BAPTEME DE PARAPENTE ?

 

Préparatif 1

      Harnachée pour m’envoler

Je ne me rappelle plus d’où à germé l’idée de faire un baptême de parapente.

Peut-être parce que l’air était le seul élément où je n’avais pas pratiqué une activité physique.

Peut-être parce que je voulais réaliser quelque chose d’un peu fun, flirter avec le déraisonnable pour fêter mes 60 ans.

Pourtant, je suis habituellement une personne qui a plutôt les deux pieds sur terre au sens propre comme au sens figuré.

Les baptêmes ont eu lieu au mois d’août 2015 au Puy de Dôme.

Je dis “les” car j’ai donné envie à mon époux et ma fille de me suivre dans cette “aventure”.

 

Le jour J : Toutes les conditions étaient réunies : le soleil et le vent. Quelle chance !

Partout dans le ciel volaient des parapentistes.

En vol 13

                    Parapentistes au Puy de Dôme

Alors, je suis sûre que vous trépignez d’impatience pour connaître mes impressions…

C’était MERVEILLEUX.

Je n’avais pas du tout peur, en total confiance avec la personne diplômée avec qui j’étais en tandem.

J’étais complètement disponible pour profiter de ce moment unique. Tous mes sens étaient en éveil pour vivre pleinement ces quelques instants comme un oiseau.

Peut-être une petite inquiétude au décollage car, j’étais soucieuse de ne pas faire rater l’envol en appliquant, à la lettre, les conseils donnés par le moniteur. Oubliant que  mes pieds allaient quitter la terre ferme et que je confiais ma vie à une personne que je ne connaissais pas et à une grande voile. 

Le décollage s’est passé si rapidement que je n’ai pas véritablement senti le passage de la terre au ciel.

En vol 1

Moi et le moniteur dans les airs

Mais une chose est certaine, c’est qu’à partir de là, tout à basculer.

Cela aurait pu être EXTRAORDINAIRE….

Jamais imaginé bien des mésaventures possibles sauf celle d’avoir le MAL DES TRANSPORTS.

Et bien oui, la montée dans les cieux est vertigineuse. C’est comme si vous montiez 40 étages dans un ascenseur en un dixième de seconde.

Et mon oreille interne n’a pas du tout, mais pas du tout aimé.

J’ai bien essayé de me raisonner, de me contrôler mais impossible. Je n’avais qu’une hâte : retrouver ma bonne vieille terre.

Quel dommage !!! c’était magnifique, comme ces photos prises par mon mari le prouvent.

 

Vue du ciel 1       Vue du ciel 9

                                                                        Puy de Dôme – vues du ciel

Qu’est-ce que je retire de cette aventure ?

Un grand plaisir de l’avoir fait, d’avoir exploré mon irraisonnable, d’avoir repoussé ma zone de confort.

Prête à retenter l’expérience ?

Si vous m’aviez posé la question le jour même ou même quelques semaines après, je vous aurais dit NON.

Mais aujourd’hui, je ne suis pas si certaine.

En prenant des médicaments contre le mal des transports, conseillés par mon pharmacien, et en mettant un blouson coupe vent car il fait plutôt froid là-haut… Pourquoi pas ?

 

Et vous, quel baptême d’activité un peu fun avez-vous tenté ?

Cet article vous a plus ?

Pour aller plus loin, vous pouvez recevoir gratuitement le Guide 

"Bien-être du corps, 5 actions simples pour personnes débordées"

Entrez simplement vos prénom et adresse mail


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :